Drawn Together: Anna Torma et compagnie

Événement spécial: Lire à voix haute: Samedi 4 avril, 14h - 15h30, RIA Artist Project Room Nous lirons un texte de Petra Halkes du catalogue qui vient de paraître pour l'exposition àGalerie L.A. Pai : Anna Torma: Tangled, avec des contes passés, Du 19 mars au 10 avril 2015.

Un Finissage suivra l'événement Reading Out Loud: samedi 4 avril, 15h30-18h   
Veuillez confirmer votre présence pour chaque événement.

La deuxième exposition en Série de RIA Grandir humain, s'est réuni en collaboration avec la L.A. Pai Gallery. Drawn Together: Anna Torma et compagnie, présente des œuvres d'artistes locaux et de leurs enfants: Marika Jemma et Sadie Jemma Rivier, Iris Kiewiet et Sylke Robertson, Marcia Lea et sa mère Marian Davis, sa fille Skye Bradie. Leurs dessins, peintures et photographies sont rassemblés dans la RIA Artist Project Room autour de deux œuvres d'AnnaTorma.

Vous vous souvenez peut-être de l’exposition exquise de Torma à Karsh Masson l’été dernier. Elle est une artiste de Baie Verte, au Nouveau-Brunswick, bien connue pour ses tentures murales brodées à grande échelle. Une vue panoramique de l'exposition sur Site Web de Karsh Masson rafraîchira votre mémoire.

Torma est représenté par Galerie L.A.Pai, 13, rue Murray Ottawa, où elle expose ses dernières œuvres: Tangled, with Past Tales. L'exposition L.A. Pai s'ouvre le jeudi 19 mars de 17h à 19h et se termine le 10 avril. Lisa Pai a publié un catalogue pour l'occasion, avec un texte de Petra Halkes.

Torma a généreusement accepté d'envoyer deux œuvres supplémentaires à Ottawa pour être exposées à RIA, des œuvres qui donnent un aperçu du lien entre la pensée et le dessin des jeunes enfants, et sa propre harmonisation à l'interdépendance fondamentale d'un monde en constante évolution. . «Dans ma famille, le dessin était toujours présent», dit Torma. «J'ai observé comment mes enfants utilisaient leurs compétences en dessin pour communiquer dès leur plus jeune âge. J'ai trouvé cela assez poétique, comment ils ont utilisé un mélange de dragons et de créatures imaginaires, de textes et de travaux scolaires, pour travailler sur leurs émotions négatives et donner un sens au monde. »(American Craft Magazine, 18/11/2013)

Regarder le monde à travers les yeux d'un enfant, comme le fait Torma dans les œuvres de RIA, montre une réinvention du monde, dans laquelle la ligne entre le «je» et le reste du monde n'est pas facile à tracer. Comme je l’écrivais dans le catalogue de L.A.Pai, les œuvres qui ont été influencées par les dessins de ses enfants montrent «des formes provisoires de choses qui glissent ici et là, ici dans une abstraction incompréhensible, en figures élaborées, présentant le monde émergent de l'enfant. C'est une manière d'être qui peut être lue dans tout le travail de Torma comme une attitude directrice pour donner forme à sa vie. Des mots et des images, toutes sortes d'histoires, des créatures imaginaires et des objets du quotidien apparaissent dans l'enfance comme ils le font dans les œuvres d'art de Torma, non catégorisés et inexpliqués, mais pour recevoir des lieux et des connexions dans l'esprit d'apprentissage de l'enfant, et, dans le travail de Torma, dans un , travail obsessionnel de l'amour. "

Les enfants nous apprennent que créer du sens et donner forme est un processus ouvert qui naît du non-savoir, de l'émerveillement. Dans Drawn Together: Anna Torma et compagnie, la curiosité d’un enfant pour tout ce qui est grand et petit est considérée comme un aspect important Grandir humain. La position de l’enfant est humble, mais elle vaut la peine d’être prise en considération lorsqu’il s’agit d’accepter un monde changé dans lequel les progrès de la science, de la technologie et de la pensée philosophique ont rendu impossible de continuer à privilégier la race humaine en tant qu’espèce singulière et indépendante. Homo Sapiens est une espèce parmi d'innombrables autres, dont les besoins et les désirs ne peuvent être considérés que par rapport au monde vivant. Les dessins d’enfants, dans lesquels des lapins et des fourmis peuvent apparaître aussi grands que des voitures ou des héros, la lune ou un grain de sable, renversent nos hiérarchies établies et relâchent nos perceptions et nos pensées inflexibles.

Rapprochés, puis, alimente le thème continu de RIA de Grandir humain en montrant un art sensible aux changements importants de la pensée européenne de l’autonomie humaine. Pour souligner la continuité du thème, une œuvre de Apportez votre propre art, la première exposition de la série, qui a été présentée au RIA en janvier dernier, sera présentée dans le cadre différent d'une exposition consécutive. Dans Rapprochés, Série de dessins d’Iris Kiewiet et de sa fille Sylke Robertson: La création de l'espèce, fait une réapparition. Ici, comme dans les broderies de Torma, les formes changent de sens, les empreintes digitales deviennent comme des cellules biologiques, les corps bougent, fusionnent et coulent.

Kiewiet dessine sa fille, Sylke, qui dessine avec elle. Dans sa famille, comme chez Torma, ainsi que chez Jemma et Lea, l'art joue un rôle central dans l'apprentissage du monde: non seulement comme moyen de transférer des compétences d'adultes à enfants, mais, peut-être plus important encore, pour que les adultes apprennent. de la créativité des enfants que le monde peut être repensé quand on l'aborde sans préjugés, comme un enfant.

 

Anna Torma est née à Tarnaors, en Hongrie et a obtenu un diplôme en art textile et design de l'Université hongroise des arts appliqués, Budapest, Hongrie en 1979. Elle est une artiste exposante depuis ce temps; produisant principalement des tentures murales et des collages brodés à la main à grande échelle. Elle a exposé son travail à l'international et a reçu de nombreux prix, dont le Prix ​​du lieutenant-gouverneur pour l'excellence en arts visuels.

Marika Jemma est une artiste visuelle en pratique professionnelle depuis plus de 20 ans, à commencer par sa première exposition personnelle, Journey to the Temple (Victoria, C.-B.), en 1991. Elle a un studio avec l'EBA depuis 1998 et travaille principalement dans les médias d'installation sculpturale et vidéo, combinant des objets naturels et manufacturés pour créer des déclarations sociales / culturelles.

Marcia Lea est artiste, conservatrice et éducatrice en art. En plus de sa maîtrise en beaux-arts (Université d'Ottawa 2010), Lea détient un baccalauréat en éducation spécialisé en arts visuels. Ses peintures ont été exposées à Ottawa, Montréal, Toronto et Vancouver. Depuis 1988, Lea enseigne l'art avec des organisations telles que l'École d'art d'Ottawa, la Commission scolaire d'Ottawa et l'Université d'Ottawa. Elle est la fondatrice et la directrice de la Davis Art School à Ottawa.

Iris Kiewiet, originaire des Pays-Bas, vivant maintenant à Wakefield, Québec, a exposé dans des expositions individuelles et collectives au Canada et aux Pays-Bas. De formation illustratrice, avec un BFA en illustration de l'Académie des Arts Minerva de Groningen, elle a dessiné pour des éditoriaux dans le journal national néerlandais, NRC Handelsblad.

Petra Halkes, PhD, est artiste, commissaire indépendante et critique d'art. Elle a écrit de nombreux essais et critiques de catalogues pour des magazines d'art. En 2006, elle a initié RIA (Research in Art) avec son mari René Price. Basée dans leur maison d’Ottawa, RIA accueille des projets d’artistes et des salons, favorisant la lecture et les discussions sur l’art contemporain.